Vignette chroniques des annees sombres

Chroniques des années sombres

PARALLÈLE DE L’HISTOIRE VU PAR UN APPELÉ DU CONTINGENT EN ALGÉRIE EN 1962 ET SON VÉCU DE LA GUERRE 39/45 EN TANT QU’ENFANT DANS SON VILLAGE OCCUPE.

Plus d'informations

Disponibilité : En stock, livraison en 72h

16,00€ TTC

Enfance gâchée par la seconde guerre mondiale, bombardements, privations, situations traumatisantes, villages occupés par l’armée allemande.

Jeunesse gâchée par la guerre d’Algérie, 15 ans après, opérations inhumaines, actions, missions dangereuses, villages occupés par l’armée française, pacifiquement.

A l’effigie de l’auguste Marcel Proust, qui découvre dans le pouvoir d’évocation de la mémoire instinctive qui réunit le passé et le présent en une même sensation retrouvée, sa “petite madeleine” trempée dans le thé, fait revivre, par le rappel du goût d’une saveur oubliée, toute une enfance.

Dans les témoignages, il est dit que c’est l’arme à la main, dans son bled que lui sont revenus en mémoire toutes ces horreurs.

Tout au long de ce récit, il a fallu juxtaposer les mêmes événements de 1944 et de 1959. Et c’est très étonnant !

Nous anciens combattants, ne recherchons plus ce temps perdu, mais ces années gâchées, le boucan infernal des avions en piqué, du canon et de la mitrailleuse, cette peur quotidienne, nous ne pouvons les oublier.

D’aucuns ont dit que nous avions un devoir de mémoire.

D’aucuns pourront critiquer cette attitude. Qu’ils essaient d’en faire autant : nous sommes les derniers combattants.

 

 

 

 

Biographie de l’auteur

Né dans les années 35/40, sursitaire, employé dans l’industrie de pointe, puis envoyé en Algérie en 1952, considéré comme réfractaire au port des armes, a néanmoins fait un service militaire exemplaire Industriel reconnu, en retraite, Habite en Anjou, Militant actif chez les anciens combattants.  

 

 

 

.