LA FÊTE DES FOLS de Bernard Stimbre

Ce livre est un livre de conteur servi par une belle écriture, de ces écritures rares et riches qui vous poussent à la relecture par les émotions et les connaissances qu’elles portent, de ces livres qui vous parlent encore après qu’on les ait refermés. La fête des fols est un roman d’écrivain. Aline Tosca

Plus d'informations

Disponibilité : En stock, livraison en 72h

18,00€ TTC

État du produit : Neuf

 
     

Camille Colmin-Stimbre

            Ce roman se joue en l'ouest du pays de France au début du XV siècle. Les aventures que mes personnages (en partie inventés) vont vivre sont inspirées de faits historiques auxquels des hommes de la riche famille des Laval furent étroitement mêlés. C'est un roman où l'érotisme a sa part comme une plante vivace jaillissant de toute sa force. Je la cultiverai non en cave obscure, mais à la lumière du jour, la belle lumière de la vie. Si l'érotisme se nourrit d'insolite et d'illicite alors vous lirez parfois, honte à vous, de l'érotisme ! La rencontre corporelle amoureuse et son vocabulaire joyeux, gaillard ou poétique (qui n'exclut en rien la tendresse) ne rend malades de l'esprit et du cœur que ceux qui prêtent l’oreille àdes sectes castratrices. En assumant joyeusement notre part animale nous sommes toujours pleinement humains. Taire la vie de nos sexes est un impératif venu tout droit du premier siècle chrétien. L'humanité ne se perd pas dans les arcanes de l'amour, ses contes et ses ruts, mais dans l'accumulation éhontée des richesses, quand on perd tout respect des autres hommes, des femmes, toute compassion, et que l'on devient un esclavagiste. Pour le reste, régalez-vous de cette histoire ancienne qui commence en 1399 et où j'ai imaginé un Moyen-Âge réaliste, haut en couleurs et non édulcoré par l'insidieuse censure bien-pensante. Un pays peuplé de mystiques, de jouisseurs, de poètes, de violents, d'esclaves, de gens

ordinaires et de quelques figures qui le sont moins. Les citations d'avant chapitres sont volontairemen

t anachroniques. Elles disent que je ne suis pas un historien devenu romancier, mais un romancier appliqué, plaisamment égaré dans l'Histoire.

Sous ses yeux, toutes les puissances de la vie s'efforcent et se magnifient pour créer.

Les mamelles ont déjà pris, jusqu'à leurs bouts exagérés, la majesté maternelle.

Et ces plaintes, ces plaintes lamentables qui pleurent d'avance l'accouchement !...

Aphrodite

P Louÿs

Forteresse du port de Machecoul.

En l'an 1402

26 décembre.